IMG_2730IMG_2695IMG_2726
   
 
Attention !
Véhicule tout terrain obligatoire.
La piste dite des Terriccie, de l'Ostriconi à Malfalcu est momentanément fermée dans les deux sens à toute forme de circulation au lieu-dit Terriccie (pédestre, équestre, automobile, etc...). L'accès aux paillers de Ghignu se fait uniquement par la piste de Malfalcu à partir de Bocca di Vezu, RD81. Cliquez ici pour voir la carte.
 
 

Présentation

L'agriate

Géographie

Le territoire s’étend sur 15 000 hectares dont environ 5 000 appartiennent aux communes et 5 563 ont été acquis par le Conservatoire en bordure littorale depuis 1979. Situé au pied du massif de Tenda, il est à cheval sur quatre communes : Santo Pietro di Tenda, San Gavino di Tenda, Palasca et Saint Florent. L’image et le rôle social et économique de l’Agriate prennent tout leur sens à partir de cette délimitation spatiale marquée par deux extrémités, les plages de l’Ostriconi et de la Roya, et deux lignes, la route et la mer. Les Agriate est une traduction française du corse « l'Agriate ». Toutefois, selon l'avis de chercheurs en linguistique, la forme corse pourrait être rétablie dans un souci de préservation du patrimoine culturel de la région dont la langue et la toponymie font partie. Nous avons ainsi utilisé le terme corse.

Origine du nom

Sur le plan historique, le territoire de l’Agriate a connu une succession d’occupations, du Néolithique à nos jours, par des éleveurs cultivateurs, issus des villages et des microrégions limitrophes (Giunsani, Ascu, Nebbiu et Cap corse), qui se partageaient les terres. Les marques de cette présence se répartissent sur les reliefs (Monti Jenuva et Revincu) et les promontoires (Mortella), dans les dépressions et les replats (Saleccia, Chiosu, Ghignu, Ifana, Terriccie...), sur les voies d’accès (cols, anses abritées, chemins historiques) ou à proximité des points d’eau...

Histoire

Alors que son statut d’espace naturel protégé s’affirme, l’Agriate fait l’objet d’un attrait grandissant pour les loisirs des habitants et des vacanciers. Sa notoriété nationale, voire internationale, en fait l’un des sites phares de la Corse. Les plages de Saleccia et du Lotu sont particulièrement prisées pour leurs eaux transparentes et leur sable blanc. En hiver, les habitants des villages alentours et de Bastia s’y promènent, y chassent et y pêchent. Ces habitudes témoignent d’un attachement profond au territoire.

Usages

En Haute-Corse, le Conservatoire du littoral protège plus de 8000 ha de terrains et 100 km de côtes dont la gestion a été confiée au Département de la Haute-Corse. Sur l’Agriate, ces espaces représentent la plupart des 37 km de rivage. A l’échelle nationale, l’Agriate constitue le plus grand site acquis par le Conservatoire.

Gestion

Histoire, nature, paysage, usages, confèrent ainsi à ce vaste espace naturel de fortes valeurs sociales, économiques et écologiques.
La gestion du site a été confiée au Département de la Haute-Corse en 2006. Une équipe de 9 gardes départementaux du littoral (assermentés et commissionnés pour la majorité) veille au quotidien sur l’Agriate. Ils assurent les missions traditionnelles des gardes du littoral : surveillance, information du public,entretien et nettoyage des sentiers et des différents aménagements. Un agent saisonnier vient renforcer ce dispositif pour assurer l’accueil des randonneurs aux refuges de Ghignu.
Dans le but de mener à bien ces différentes missions, les gardes départementaux du littoral sont dotés de véhicules motorisés tout terrain, de VTT mais également d’une embarcation semi-rigide.
En été, le Cg2b met en place, en partenariat avec le Service Départemental d’Incendies et de Secours, des patrouilles équestres dont l’objectif est de surveiller les espaces les plus sensibles. Les gardes départementaux participent également à ce dispositif préfectoral de prévention des incendies en informant les visiteurs de la fermeture des pistes les jours de risques exceptionnels.
Enfin, les gardes départementaux du littoral assurent des missions d’éducation à l’environnement auprès du public, scolaire notamment, afin de le sensibiliser aux enjeux de protection et de préservation des richesses de l’Agriate.